Les Réalités féministes : vivre sa résistance et sa libération

By | 10 mars 2021

Cet article est publié en partenariat avec l’Association pour les droits des femmes dans le développement (AWID).

Auteur: Margarita Salas.

Traduit par: AWID


Alors que nous nous apprêtons à lancer la campagne annuelle #VisibleWikiWomen 2021, nous avons invité nos ami·e·s et partenaires de l’Association pour les droits des femmes dans le développement (AWID), afin d’expliquer pourquoi nous avons retenu la thématique des « Réalités féministes » pour notre campagne.

On nous a dit qu’il n’y avait pas de place pour les queer dans la religion ; nous faisant croire qu’il fallait rester nous-mêmes, ou renier notre religion. Et voilà Amal, qui prie en jamaat pour la première fois en six ans, à un mariage musulman queer. Elle a pu venir comme elle est, sans se trahir, et s’est sentie accueillie par la communauté au moment de poser son front à terre. Elle s’est vue prier à ce mariage avec tou·te·s ses ancêtres musulman·e·s queer, sa famille d’âme, sa famille queer musulmane. Pour certaines personnes, la résistance la plus forte réside dans le simple fait d’exister.

Amal Amer. Image by Amal Amer personal collection, via Wikimedia Commons.

On nous a dit d’accepter les portraits stéréotypés des Roms dans la culture populaire, qui les associe au non-respect de la loi et au désordre. Mais Émilie, une Rom fière et féministe, a senti le besoin de créer le compte Instagram @romani.herstory pour se réapproprier son expérience. Elle a commencé à publier de courtes biographies traçant le passé de femmes d’origine rom, d’héroïnes ignorées et de pionnières qui refusèrent de se conformer aux stéréotypes. Ses abonné·e·s lui envoient maintenant régulièrement les noms de femmes dont iels aimeraient voir l’histoire publiée. Émilie est allée plus loin encore : elle a mis en place une tirelire à pourboires virtuelle, qu’elle vide régulièrement au profit d’organisations de base qui soutiennent l’autonomisation des femmes et des filles roms.

Émilie Herbert. Image by Émilie Herbert personal collection, via Wikimedia Commons.

On nous a dit que notre seul espoir résidait dans la réforme de l’État-nation, que nous ne pouvions exister au-delà de cela, mais il y eut Karina, à la Deuxième rencontre internationale de femmes combattantes organisée par les compañeras de l’Armée zapatiste de libération nationale (Ejército Zapatista Nacional de Liberación, EZLN). Plus de 4 000 femmes de 49 coins du monde auto-organisées pour se retrouver, débattre et faire des propositions de lutte contre les violences faites aux femmes. Les Zapatistes ont lancé, il y a 26 ans, une expérience qui a transformé la manière dont vit cette région du Mexique. Iels ont dû affronter de nombreux obstacles, mais iels existent, et résistent. Ces Zapatistas sont la preuve par l’exemple qu’il est possible de mettre sur pied un Bon gouvernement alternatif. Et que les femmes peuvent être à sa tête.

Karina Ocampo. Image by Karina Ocampo personal collection, via Wikimedia Commons.

Il y a des millions de récits semblables à travers le monde ; de puissantes manières dont les féministes sont créatrices de changement. À l’AWID, nous voyons des possibilités de transformation systémique dans certaines de ces histoires de changement. Nous les appelons des Réalités féministes. Il peut s’agir d’expériences de résistance ou de transformations dans nos cercles proches, dans nos communautés. L’important est que chacune puisse être une lueur d’espoir et d’inspiration, voire un itinéraire pour que d’autres tracent leur propre chemin vers la libération.

Parler de Réalités féministes fait parfois surgir des histoires de violence et de discrimination. Nous savons, et respectons le fait que ce sont là des réalités vécues également, mais nous les appelons des réalités patriarcales, des réalités oppressives. Ce ne sont nullement les réalités que propose et que crée le féminisme. Nous vous invitons donc à vous détacher du discours médiatique centré sur la violence à l’œuvre dans le monde pour faire de la place aux différentes expériences grâce auxquelles les féministes ont modifié leur réalité. Celles qui leur ont permis de démanteler les morceaux de la bête oppressive et de créer un espace dans lequel vivre leur résistance et leur libération.

Nous voulons mettre des visages sur cette révolution de réalités féministes en cours. C’est pourquoi nous vous invitons à rejoindre la campagne #VisibleWikiWomen de cette année, en partageant des images des personnes et des collectifs qui portent ces alternatives dans votre monde. Nous voulons que le monde entier connaisse aussi leur histoire. Ce peut être votre voisin·e, un·e collègue ou une merveilleuse initiative que vous avez découverte dans le journal local. Pensez particulièrement à ces féministes qui ont peut-être moins d’occasions d’être mis·es en avant, tel·le·s que les organisateurs·rices de base, les féministes noir·e·s et les personnes trans et non-binaires. En publiant les images d’Amal, Émilie et Karina sur Wikimedia Commons, le dépôt multimédia de Wikipédia, pour leur donner de la visibilité en ligne, nous espérons que vous vous joindrez à nous et mettrez en avant toutes ces féministes incroyables qui donnent vie aux Réalités féministes, et ainsi, les célèbrent. Renforçons notre prise de conscience collective qu’il y a de très nombreuses autres manières de vivre et d’occuper le monde, que le changement social est possible, et que nous le créons déjà.

Author Profile